harris

Des pêches pour monsieur le Curé

La créativité et la rigidité ne font pas bon ménage dira Madame Harris lors d’une séance de signature à la Librairie Gourmande le dimanche 13 novembre 2013.

 

Des pêches pour monsieur le Curé, Joanne HARRIS, Ed. Hurtubise, 2013,

 

J’ai tellement aimé le roman CHOCOLAT, ce best-seller paru en 1999 et dont le film éponyme a immortalisé le couple Juliette Binoche / Johnny Depp.

Voici la suite … difficile d’avancer dans la lecture de ce roman Des pêches … sans revoir ces amoureux et tous ces personnages vivant dans ce hameau du sud-ouest français.

 Donc 8 ans se sont écoulées depuis la venue de Vianne, cette «bombe chocolatière» bien installée depuis sur une péniche à Paris. Elle reçoit une missive, signée de feue sa vieille amie Armande lui indiquant que rien ne va plus dans son petit village d’adoption.

 Rapidement on décode que ce village vit ce que plusieurs pays, régions, villes, villages vivent soit les difficiles relations d’intégration avec les musulmans et leurs traditions.

 Ici, le conflit entre l’homme en noir – le curé Reynaud, l’ennemi de Vianne à l’époque, et la femme en noir Inès Bencharki, sous son sombre niqab qui recouvre l’entièreté de son corps  résume cette tension entre la communauté catholique et la nouvelle communauté musulmane, récemment installée aux Marauds. «Je déteste le niqab parce qu’il permet à la personne qui le porte de rompre les liens avec les autres, de ne pas se livrer aux actes sociaux les plus simples et pourtant susceptibles de rapprocher deux cultures différentes », dira Reynaud.

 Les nouveaux arrivants, responsables de ce bouleversement dans la petite communauté, transportent avec eux leurs histoires, leurs secrets et leurs angoisses … Inès, cette sorcière musulmane qui semble avoir envoûté toutes les femmes du village, de même que l’obsédante présence de Karim le charmeur maladif connaîtront un dénouement inattendu !

 La convivialité autour de la nourriture 

De nouveau, tout est prétexte à se laisser envoûter par les douceurs cuisinées par Vianne. « Offrir de la nourriture revenait à tendre une main amicale. L’accepter, c’était être adopté par la plus recluse des communautés.»

 Et les vents toujours présents, qui s’opposent, qui retournent les esprits, tel un personnage arrogant et imposant ! « L’autan blanc qui apporte la folie, dit-on. L’autan noir, le chaos et le désespoir. L’autant noir saccage tout, telle une bande de délinquants : il arrache les feuilles des marronniers, retourne les parapluies, soulève les chapeaux, ravage les coiffures …» (267).

 Des interrogations : est-ce si important de présenter Anouk la fille ado de Vianne  accro de son téléphone et de Facebook ?? et le nouveau curé qui présente ses sermons sur PowerPoint … un peu plus d’amour entre Roux et Vianne m’aurait plus – son arrivée discrète au village, par voie d’eau-comme il se doit est trop rapidement esquinté …

 À lire pour l’histoire très contemporaine de l’intégration des communautés et de leur arrivée massive, de même que pour cette chocolatière qui provoque une kyrielle d’émotions extrêmes chez les villageois qui auront à  confronter son énergie.

 

Impossible de ne pas ajouter la fameuse recette de Confitures de pêches

« Nous n’allons pas les cuire aujourd’hui. On va les laisser macérer toute la nuit. Un kilo de sucre pour la même quantité de fruits, sans compter les feuilles et les noyaux, bien sûr. On les coupe en tranches dans une casserole de cuivre. Le cuivre c’est ce qu’il y a de mieux pour la cuisine parce qu’il chauffe plus vite. On ajoute le sucre. (…) Ensuite on ahoute la cannelle, ai-je annoncé. En bâtons cassés en deux, pas en poudre. Deux ou trois devraient suffire…» (..) On recouvre la marmite d’un chiffon et on l’oublie pour la nuit.

Demain matin, on allumera la cuisinière et on remuera jusqu’à ce que la confiture commence à bouillir. Il ne faudra pas la laisser plus de quatre minutes à ébullition. On la mettra dans des pots pour l’hiver prochain. »

Elle m’a jeté un coup d’œil rapide. « L’hiver ? – Bien sûr, je ne serai plus là, ai-je déclaré. Mais la confiture est meilleure en hiver. Lorsque les nuits sont longues et que l’Air est gelé, ouvrir l’un de ces ports c’est faire renaître le soleil… !

 

 

Autres romans gourmands de Joanne Harris

Chocolat,

Les cinq quartiers de l’orange,

Vin de bohème

Le Rocher de Montmartre

Commentaires fermés sur Des pêches pour monsieur le Curé